SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | facebook | instagram

Accueil > Evénements 2013 > Instance de Carmentran 2013

Instance de Carmentran 2013

dimanche 10 mars 2013, par Dr.Gonzo

« Accusation de Carmentran 2013 »

Oyez, Oyez, Braves gens,

Carmentran, braves gens, en connaissez-vous l’origine ? Carmentran est la contraction de deux mots : le ″Carême entrant″, c’est-à-dire la dernière fête avant les privations du Carême. Autrement dit, Mardi Gras.
En ce jour du 9 mars 2013, le tribunal des horreurs et des fous rires se réunit pour juger sans parti pris, l’ignoble et affreux Sieur Carmentran qui n’a qu’une seule et unique idée derrière la tête : réaliser des méfaits ignobles et inhumains.
Ceci ne change rien aux ambitions de Sieur Carmentran, c’est-à-dire la joie, la fête, les retrouvailles et toutes les coquineries et cochonneries que la morale réprouve, mais que nous énoncerons tout de même.

Nous souhaitons que les villageoises et villageois, bourgeois sobres ou gentilshommes humidifiés daignent alimenter la chronique afin que le procès de l’an 2014 soit encore plus pointu et plus ardu.

Depuis son séjour dans les caves internes de la mairie, où il était nourri de pain sec et d’eau, agrémenté des quelques rats qu’il parvenait à attraper, Carmentran était très jaloux des enfants de la Bio-école qui eux mangeaient les bons petits plats d’Elise.
Sournoisement introduit au sein du conseil dit ″municipal″, Carmentran aurait unilatéralement décidé pour se venger de mettre Elise à la retraite, et de ne proposer dans les menus de la Bio-école que des bio-topinambour, des bio-brocolis et des bio-épinards bouillis à l’eau de la sauve.
Toutefois, d’après les bien informés ″on m’a dit que″ de la rue des Petites Maries, la nouvelle locataire des cuisines de la Bio-école essayerai maintenant de mettre bon ordre et bons produits dans les menus...
Toujours fidèles au fameux rallye des Estangs, dit ″de Monaco″, sur les routes ardechoises, la bande à Fait-moi-peur, dans laquelle on retrouve Zé le Bistroquet, Fuite d’eau, le Vieux, Ganzaille, ou encore Cash, s’est retrouvée bien dépourvue lorsque la neige est venue.
Il faut dire que les chaînes de chez Carmentran Pièces Auto, c’est plus c’que c’était !

Sous l’impulsion de Carmentran, Grand Sénéchal de l’ordre de la PAPAVEN, et en accord avec le conseil dit ″municipal″, il a été décidé de transformer le tas de pierre qui tient encore un peu, autrefois dédié aux Réformés, en temple de la culture.
De vieilles croutes pourront ainsi être accrochées à de non moins vieux murs, les adeptes des mercredis dits ″municipaux″ pourront s’y réunir pour discuter de l’évolution des techniques de la récolte du miel chez les Kukukukus de Papouasie-Nouvelle-Guinée de 1843 à nos jours…
En tant qu’espace culturel, il sera bien sûr interdit d’y fumer, manger, boire, écouter de la musique, parler fort, rire, afin de ménager les proches voisins souffrant d’acouphènes et de différentes otites à répétition.

Habemus Carmentram, c’est sous la forme de cette locution latine séculaire que Carmentran 1er s’est autoproclamé Pape de Venterol. Possédant 10 ans d’avance sur ceux qui ont 50 ans de retard, il était tout à fait qualifié pour ce genre poste.
Ayatollah, Prélat, Patriarche, Métropolite, Grand Rabin et autre Panchen Lama reconnurent tout de suite les qualités de grand visionnaire du dit personnage.
Sa première décision fut d’abroger la loi du mariage pour tous et s’en alla convaincre la dite ″municipalité″ d’interdire l’union des hommes de la commune. Dans la précipitation le conseil dit ″municipal″, pour faire plaisir à Carmentran 1er, proclama le mariage des hommes illégal !
Sûrement par manque de réflexion, la municipalité se rendit compte fort tard que son nouveau texte de loi interdisant l’union des personnes de sexe masculin ne permettait même plus l’union avec une personne du sexe féminin.
Carmentran 1er, intégriste devant l’Eternel, trouva cette décision un peu mollassonne et regrette entre autre que la dîme ne soit plus collecté sur notre territoire. Prochaine étape du programme de notre cher Pape, la conception virginale des enfants de la commune, l’inquisition des hérétiques et l’apprentissage du créationnisme à nos chères têtes blondes…

La Confrérie des Huiles, sous l’autorité de leur incontesté Grand Maître Carmentran, se sont réunies dans la ville voisine et néanmoins amie de Nyons en début d’été pour élire leur nouveau roi. Le tout Venterol, descendu à la ville pour l’occasion, a ainsi assisté au fastueux couronnement de Jamie 1er.
Reste maintenant à savoir si notre Bon Roi va s’entendre avec notre Bon Pape…

Alors que d’aucuns pourraient trouver la PAPAVEN, en la personne de son Grand Sénéchal Carmentran, un peu trop infiltrée au sein du conseil dit ″municipal″, celui-ci a décidé d’apporter un démenti cinglant en remplaçant la magnifique, ancienne et patrimoniale porte d’entrée de la mairie par un rectangle froid d’aluminium et de verre répondant à la norme ISO Michel 9000ZPPAUP, et tout ça, sans permis de construire !
Malgré cela, pas sur que le subterfuge fonctionne…

Aigri comme pas deux, Carmentran, ne supportant plus les accents flunk et les hordes d’estivants pendant qu’il sirote son apéritif anisé en comptant les feuilles malades des platanes de la terrasse de Zé le bistroquet, décida qu’il fallait agir pour que notre charmant petit village retrouve son anonymat et sa tranquillité.
Il décréta qu’il fallait débaucher l’intrépide reporter sans frontière correspondant à la gazette locale. Malintentionné, Carmentran sabota toutes les voitures de marque Citroën du canton, ce qui entraina un surcroit d’activité à notre président-journaliste-mécano, qui ne pu plus assurer sa correspondance hebdomadaire. Le village disparut des lignes de La Turbine et retrouva sa tranquillité.

Carmentran, farceur devant l’Eternel, s’est depuis quelques temps déjà reconverti en trader de viandes : après une enquête rondement menée par les services compétents, il apparaît que l’agneau du dimanche soir de la fête était de la gazelle, le sanglier du banquet des tireurs de litres du phacochère, le méchoui du bar du poney, les lasagnes de l’APE du pingouin, la soupe à l’épeautre de la PAPAVEN... non, c’était de l’épeautre !
Seul repas à avoir été épargné par tant de fourberie, le grand méchoui de cheval du Comité des fêtes du 31 juin dernier, qui s’est étrangement perdu dans l’espace-temps, ce qui n’engendra rien.

Compte tenu des charges accablantes et des accusations indéniables, j’impose la peine maximale à Sieur Carmentran, c’est-à-dire :

"LA PEINE DE MORT"

« Défense de Carmentran 2013 »

Étant chargé de la défense du Sieur Carmentran, je me dois de vous le présenter.

Ce siècle avait treize ans

Venterol remplaçait Cognac

Hollande perçait Valérie après Ségolène

Et du Premier Consul, déjà, par maints endroits

Le front du bonhomme brisait le masque étroit

Alors dans Novézan, vieille ville espagnole

Jeté comme les pétards au gré de l’air qui vole

Naquit d’un sang dauphinois et provençal à la fois

Un enfant sans douleur, sans pancréas et sans foie.

Si débile qu’il fut, ainsi qu’une chimère

Abandonné de tous, excepté de sa bière

Et que son cou ployé comme un fidèle Pernod

Fit faire en même temps sa bière et son berceau

Cet enfant que la vie a rendu ivre

Et qui n’avait pas même un lendemain à vivre

C’est lui, c’est Carmentran

Né dans un camping-car, comme un autre personnage mieux connu sous le nom de « Le Vieux », fils du père Pernod et de la mère Ricard, Carmentran eut une enfance difficile, ce qui explique déjà plusieurs de ses méfaits.
Sorti glorieusement premier de l’Université de Richerenches, puis d’un stage écourté au Café de la Poste, il fut admis pensionnaire du « Bistrot de Venterol » !
Carmentran avait bon dos. Il subissait ses peines sans rechigner et était souvent puni pour des méfaits commis par les Venterolais. Il décida de se venger. Sa malice viendrait du fait qu’il a effectué un stage prolongé de perfectionnement dans la cabane des chasseurs et aurait trop abusé de la boisson anisée locale.
Tenant compte de ses déboires, j’appelle à la clémence des jurés. Pour sa défense, je citerai tous les méfaits dont notre village est profiteur.

Carmentran, consultant économique de la commission budgétaire de la mairie, décida de faire des économies pour financer la venue du nouveau mi-cantonnier boucheur de fuite. Il décida de grignoter le budget de la cantine scolaire en proposant à Elise de remplacer dans ses lasagnes la viande de bœuf par la viande des ânes municipaux de la ferme Marcellin.
Elise, ne souhaitant pas baisser la qualité de sa cuisine et étant peu adepte des nouvelles modes culinaires, décida de partir à la retraite. Carmentran, peu rancunier décida de lui offrir un pot de départ avec les économies réalisées.

Nouvel adhérant au MEDEF, le beau moulinier du moulin Jouve a décidé, suivant en cela les savants conseils de l’éminent économiste Carmentran, d’exploiter ses pauvres ouvriers. Exigent d’eux un travail non stop 22h sur 24, il a même supprimé les pauses café/cigarette roulée/Ricard pourtant si chères au chef d’équipe.
La productivité s’étant ainsi nettement améliorée, le PDG du Jouve Bio-oil & Co. en a profité pour prendre avec son conseiller Carmentran quelques mois de vacances au Pègue, la nouvelle station balnéaire à la mode.
Selon les dernières rumeurs relayées par Bloomberg TV, le Jouve Bio-oil & Co. ferait bientôt son entrée au CAC 40...

Encouragé par l’Association des Psychotiques Aiguës de VENterol, le Sieur Carmentran a décidé d’ouvrir une permanence en mairie destiné a tous les névropathes, psychopathes, schizophrènes, bipolaires, paranoïaques et autres hallucinés chroniques. Les séances d’écoute ont lieu les mardis et mercredis de 10h à midi.

Carmentran, gentil organisateur des désormais célèbres Mercredis de Venterol, se décida, après avoir organisé des comptes-rendus de voyage et des soirées Monopoly, d’organiser une activité plus manuelle. Il partit donc en quête des hobbies des habitants de notre beau petit village. Apres s’être promener de la place Sabarot jusqu’au Echirons, il se rendit compte du gout prononcé des venterolais pour la maçonnerie. Il eut également vent du projet de l’Association des Protestants Anonymes VENterolais de restaurer leur lieu de culte.
Carmentran organisa donc, un mercredi, un stage de maçonnerie au terrain Saint-Jean. L’atelier fut un succès et le préau du Saint-Jean fut muré de moellon en une après-midi. Carmentran prévoit donc un stage de démolition de moellon un mercredi de juin pour permettre la fête de l’Eco-Ecole. Coté mercredi culturel, après le pôle nord et le Maroc en vélo, il prévoit Châteauneuf de Bordette à dos de mouton et les gorges du Toulourenc en baleine borgne hermaphrodite.

Carmentran tient à signaler pour sa défense que les conneries, dégradations, vandalisme et autres tags commis sur le territoire de la commune cette année sont l’œuvre de petits connards de sauvageons pas éduqués qui ne méritent selon lui qu’un bon séjour en maison de correction.
PS : si ça continue, il se tient à la disposition de la gendarmerie pour fournir l’identité des dits sauvageons. A bon entendeur, salut !

Carmentran, mélomane à ses heures perdues, a composé une chanson, sur une musique de Pierre Bénichou et Marie Grospierre :

A m’asseoir sur le banc cinq minutes avec eux

Et regarder les gens et le Vieux

Leur parler du bon temps qu’est mort ou qui r’viendra

En serrant dans ma main leurs vieux doigts

Pis donner à bouffer à des tchinasses idiots

Leur filer des croquettes à l’apéro

Et entendre Michel qui lézarde les murs

Qui sait surtout assurer les voitures

Leur raconter un peu comment j’étais poivrot

Les Ricards fabuleux qu’on buvait chez l’marchand

Kronembourg et Miro, Picon-bière à un franc

Et les bons p’tits blancs

A r’marcher chez Badia cinq minutes avec eux

Et regarder les paysans heureux

Leur raconter la Terre en leur bouffant leurs œufs

Parler de Mme le Maire un p’tit peu

Faire péter des pétards pour la faire râler

Bousiller les boites aux lettres et s’ marrer

Et entendre leur rire comme on entend Prosper

S’arrêter, r’partir en arrière

Et raconter surtout les Carmantran d’antan et les petites vieilles

Et les vrais quinquinas qui nous tordaient la veille

Et nous niquaient l’élan

Et les bons p’tits blancs

A m’asseoir sur le banc cinq minutes avec eux

Et regarder se garer le Vieux

Leur parler du camping car qu’est mort et on s’en fou

Leur dire que les mécanos c’est pas nous

Que si y’a de la marge, ce n’est que de leurs yeux

Car ils ont l’avantage d’être deux

Et les entendre râler contre la nouvelle TNT

Y’a même plus Alain Gillot-Pétré

Et raconter enfin qu’il faut aimer le banc

Et l’aimer même quand le temps est assassin

Et emporte avec lui le Sieur Carmentran

Et les bons p’tits blancs

Et les vrais p’tits blancs

Pour tous ces méfaits, je demande pour ce cher Sieur Carmentran :

L’ACQUITTEMENT PUR ET SIMPLE !!!!

Le Comité de rédaction se permet enfin de transmettre à la foule réunie ici quelques messages susceptibles de faire pencher la balance du procès en faveur de l’accusation, voire même parfois de la défense :
- Carnet jaune à la cabane de chasse : 189 petites ricardes se sont écoulées
- Carnet Marquise de Sévigné : une nouvelle héritière est née !
- Carnet pintades : le lâcher arrive du Pègue
- Carnet camping : toujours de l’ombre la nuit, de l’eau l’hiver !
- Carnet marché : au fait, c’est toujours le samedi ?
- Carnet bar : toujours à vendre !
- Carnet Rocheville : un camion peut en cacher un autre…
- Carnet Pato le Chien : pas revu...
- Carnet Vicomte : non plus !
- Carnet Focus : pas sur que sa roule mieux sur le toit...
- Carnet C2 : elle dure vraiment plus longtemps !
- Carnet déménagement : les Le Quesnoy sont désormais tranquilles
- Carnet chasse : couchez vous, y’a Banette ! Ah non, c’est bon...
- Carnet croissants : avant 8h ! Ah non, c’est bon aussi...
- Carnet boulangerie : aïe aïe aïe, ça fait mal !
- Carnet élection : attention, piège à cons !
- Carnet gouines : ah non, c’est que des PD !
- Carnet PD : ah non, c’est que des gouines !
- Carnet conclave : si ça fume blanc, c’est pas le Roux !
- Carnet Pistorius : ça marche !
- Carnet Toupie : en taule !
- Carnet Sidonie : pas mieux !
- Carnet Puce : j’arrive, j’arrive !
- Carnet péritonite : non non, j’ai pas mal !
- Carnet Semoule : fait gonfler !
- Carnet Moulinier : pas mieux !
- Carnet bombarde : ça va péter !
- Carnet fumeurs : dehors !
- Carnet buveurs : dedans !
- Carnet drogués : en cure !

Peuple Venterolais, votre verdict ?